18 juin 2017

A la découverte du village de Toho et de sa céramique


Avez-vous eu l'occasion de vous rendre à la Maison WA (8 bis rue Villedo 75001 Paris) ? C'est une jolie galerie et une boutique spécialisée dans l'artisanat japonais. Dans cette galerie très lumineuse, se trouve l'espace Densan, créé par l'association Densan. Cet espace est une salle d'exposition permanente consacrée à la promotion de l'artisanat traditionnel japonais. Un grand nombre d'artisans viennent d'ailleurs présenter leur savoir-faire dans la boutique à l'occasion de démonstrations ou ateliers très sympathiques.
On retrouve d'autres créations artisanales japonaises liées à l'association Densan à l'Atelier Blancs Manteaux (38 rue des Blancs Manteaux 75004 Paris), où il est aussi très agréable de flâner.

J'avais raté la démonstration de poterie de Bizen il y a quelques mois, aussi lorsque j'ai découvert la nouvelle démonstration concernant la céramique de Koishiwara - que je ne connais pas du tout - j'ai sauté sur l'occasion. L'inscription était gratuite, il suffisait d'envoyer un mail pour être ajouté à la liste des participants.

Paysage de Toho - photo Panoramio


Quelques informations pratiques (et touristiques)

Il faut savoir que les styles de céramiques sont souvent affiliés à des fours et portent le nom du village qui les abrite. A l'origine, ces fours sont immenses, prennent une place considérable dans les villages et ses alentours. Même s'il est question dans cet article de céramique de Koishiwara, il s'agit en fait d'un style unique au sein de cette céramique de Koishiwara. C'est le potier Satomi Takeshi, du four Shuzan, qui est venu nous présenter son village et les spécificités de sa poterie : le bleu de Shuzan ou Shuzan blue. Le four s'appelle Shuzan, et le style s'appelle Shuzan blue ! Vous me suivez ?

A l'origine situé dans le district d'Asakura, préfecture de Fukuoka, le village de Koishiwara n'existe plus, il a été fusionné avec son voisin Hôshuyama pour former le village de Toho. On y accède assez facilement à partir de la ville de Fukuoka.
Ce village de Toho semble faire partie de l'association "Les plus beaux villages du Japon" (日本で最も美しい村 Nihon de mottomo utsukushii mura) et compte une trentaine de fours de poterie ! Est-ce utile d'ajouter que ces petits détails m'ont trop donné envie d'y aller ??!

Paysage de Shuzan - photo Panoramio

Si la céramique ne vous intéresse pas plus que cela, vous pouvez toujours aller découvrir leurs produits locaux, notamment leur glace au pamplemousse, au citron ou au yuzu. Mais ils font aussi dans le champignon séché, le sake, les poires,  le poivre au citron,  le jus de gingembre et citron...
Les lucioles semblent très nombreuses début Juin, et le village organise des balades pour les admirer ainsi qu'un matsuri en leur honneur le 1er samedi de Juin.

Sachez aussi qu'un marché de potiers se déroule 2 fois par an (du 3 au 5 Mai et 3 jours en Octobre). Pendant ce marché, les potiers font 20% de réduction sur leurs pièces ! En Novembre, il est possible de faire une balade d'automne autour de l'art et de l'artisanat céramique. Cette expérience est limitée aux 50 premières personnes.

Plus de renseignements via le site de Toho (en anglais).
Pour vous rendre à Toho en train (bleu) ou en bus (orange):


Photo Koishiwara-shuzan

Le bleu de Shuzan

Le four de Shuzan a été fondé en 1682 par le maître du fief de Fukuoka et a accueilli un maître porcelainier de la région d'Imari. Malheureusement la terre de Koishiwara ne convenait pas à son travail de la porcelaine et l'atelier finit par se spécialiser dans la poterie plus populaire.
Encore aujourd'hui, les pièces de l'atelier sont robustes et présentent un aspect massif. Leur surface est recouverte de motifs gravés à la lame, frottés à la brosse ou appliqués au peigne.  C'est d'ailleurs le style assez typique de Koishiwara qui concerne aussi des pièces brunes, assez rustiques, décorées de coulures ou des éclaboussures d'émail.

Céramiques de style Koishiwara

Avec une histoire de 350 ans, la poterie de Koishiwara fut apparemment la première céramique à être reconnue "artisanat traditionnel" au Japon. L'eau et la terre nécessaires à sa création continuent de se transmettre dans le village.

Dans les années 60, la poterie de Koishiwara connut un essor populaire, et le grand-père du potier Satomi Takeshi, Hideji,  fut accueilli dans la région comme expert en tour de potier. Il ouvrit son propre four en 1975. Il réussit également à créer son propre émail, le Shuzan Blue. [L'émail est la couche de verre fondu qui recouvre une céramique, lui donne sa couleur et de meilleures étanchéité et sensation au toucher] Hideji développa de nombreuses techniques pour améliorer son bleu, qui deviendront les fondements du four Shuzan. La cuisson prolongée qu'il adopta permit à ses créations d'être plus robustes et de s'adapter aux modes de vie actuels tels que le passage au lave-vaisselle et au micro-ondes.
Le père de Satomi Takeshi délaissa le tour pour lui préférer le travail à la plaque.
Quand vient son tour dans les années 90, Satomi Takeshi reprend la technique du tour de son grand-père qu'il enrichit. Il améliore également l'émail bleu pour évoquer davantage la voie lactée.
Sa production comprend vaisselle, brûle-encens, photophores, lavabos... C'est son épouse qui s'occupe de graver les décors des photophores.

Pièces sorties du four - photo Syuzangama

Revenons à la Maison WA !
Après ce petit exposé sur le village, les fours et l'arrivée de son grand-père, le potier nous a fait une démonstration sur un tour, avec la terre de son village. Il nous a improvisé une théière, des bols, une bouteille de sake, un gobelet... Il était très sympathique et souriant, c'était agréable de le voir travailler. Son épouse à ses côtés nous montrait aussi sa façon de graver un photophore. En parallèle de leur démonstration, des pièces finies nous étaient montrées. Il s'agissait de celles proposées en exposition à l'espace Densan.

Satomi Takeshi au travail dans son atelier - photo tirée de son site officiel

Les pièces sont vraiment magnifiques. Ce bleu a une résonance et une profondeur impressionnantes. Il a été possible d'en toucher certaines. Des photos illustraient leur utilisation à table, avec des mets joliment présentés. Franchement, cela donnait vraiment envie de repartir avec !
Les prix de ces céramiques n'étaient pas communiqués, j'imagine donc qu'elles étaient largement hors de ma portée. Plusieurs d'entre elles sont encore visibles à l'espace Densan, accompagnées de superbes boîtes en bois, mais je ne sais pas pour combien de temps. Si vous souhaitez aller les découvrir par vous-même, ne traînez pas trop !

Photo Koishiwara-shuzan

Cette démonstration m'a permis de découvrir un nouveau village que j'ajoute à ma liste pour le prochain voyage. Même si je ne sais pas du tout quand je pourrai me permettre de repartir, je continue de noter dans un carnet les différentes escales que je souhaite faire. Toho en fera partie, mais il ne sera pas facile de choisir la saison. Vais-je préférer découvrir un marché de potier ? Ou la saison des lucioles ?

A la fin de la démonstration, le potier m'a gentiment offert quelques kilos de la terre de son village. Une chance incroyable qui m'a beaucoup émue. J'ai hâte de voir quelles formes et quelles couleurs en ressortiront dans mon petit atelier !

Page Facebook du four Shuzan Blue
Site internet

Photo Koishiwara-shuzan

Vous aimerez peut-être

5 commentaires:

  1. Waaaaaah ! Avoir de la terre de chez lui, quelle chance !
    J'ai hâte de voir ce que tu vas en faire ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouiii c'est un truc de fou. J'ai hâte de m'y frotter. Mon atelier sera enfin totalement installé à partir de demain donc ce n'est plus qu'une question de jours, désormais.

      Supprimer
  2. J'avais vu passer cet événement, mais je ne me suis pas inscrite de peur de ne rien comprendre à ce que j'allais voir. Je regrette un peu.
    Ca m'a donné envie d'aller dans ce village cet article, merci ! Tu sais s'il y a un musée de la poterie ? ou un endroit ou on peut faire une initiation là-bas ? pour débutant curieux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Julie, effectivement il y a un musée de la céramique dans ce village : http://en.toho-info.com/pott/kaikan.html
      Ils proposent des cours de découverte de modelage, de décor chinois ou de tobikanna (décor à la lame rebondissante sur la pièce en céramique).

      C'est dommage de se priver de ce genre d'activité à Paris, surtout que c'est gratuit donc si ca ne te plait finalement pas, il est toujours temps de partir en cours de route !

      Supprimer
  3. J'ai loupé ca ! Même pas vu passer !! Cela dit, sans t'avoir lue, je ne sais pas si je me serais inscrit en fait, peur de ne rien comprendre à ce que je vois. Mais ton article donne très envie de visiter la région et de découvrir leurs spécialités (et repartir avec une petite céramique si certains prix sont abordables pendant le voyage).

    RépondreSupprimer

Copyright Eugénie Rossi. Fourni par Blogger.
Les photos portant l'estampille du blog ainsi que les textes ne sont pas libres de droit. Merci de me consulter pour toute utilisation.