31 oct. 2016

Streetfood japonaise et camion à burger | Mariage



Si j'ai commencé à vous parler de mariage sur le blog, c'est évidemment parce que je ne pouvais pas ne pas donner une flavour japonaise à ce grand jour. Loin du thème rose à fleur de cerisier très répandu, ou des clins d’œil "otaku" que l'on peut aussi retrouver chez les plus passionnés, c'est principalement à travers la nourriture nous avons choisi d'évoquer ce pays qui me colle à la peau.

Mal à l'aise avec les dîners placés depuis toujours, et Axel n'aimant pas ce modèle non plus, nous avons choisi de ne pas céder à cette tradition ronflante qui s'obstine à perdurer tout en excédant les mariés (le fameux plan de table!) et les invités. En choisissant cette liberté de la bonne franquette, il nous a été facile de déroger également à l'option traiteur. Même si de vastes recherches sur internet m'ont convaincue qu'il en existait même des très originaux, ce n'est pas ce que nous voulions non plus. Peut-être est-ce générationnel ? Parisien ? Ado réfractaire ? Nous voulions des foodtrucks ! Parce que chez nous, un bon foodtruck signifie souvent petite sortie à l'arrache très réussie dans Paris. Nous voulions retrouver cette ambiance ce jour-là... parce qu'on l'aime, cette ambiance justement.

Pour que les gens aient le choix et que le repas reflète notre quotidien, nous avons opté pour un camion à burger et un stand de streetfood japonaise façon matsuri de quartier avec option ++ : okonomiyaki et takoyaki.


Faire (re)découvrir la streetfood japonaise aux invités

C'est le restaurant Atsu Atsu, que l'on retrouve dans la plupart des conventions geeks ou japonisantes qui a joué le jeu pour nous. Un an que j'attends de vous parler d'eux ! Je ne voulais pas le faire avant le jour J. parce que je voulais savoir ce que cette privatisation un peu insolite allait donner. Cela allait forcément influencer ma review de ce restaurant.

Atsu Atsu est un restaurant spécialisé dans la cuisine populaire japonaise : yakisoba, okonomiyaki (à la façon d'Osaka ou d'Hiroshima), takoyaki mais aussi donburi. Le lieu-même est décoré avec beaucoup de soin tout en étant très actuel. On s'y sent un peu comme au Japon, avec ses tables d'izakaya creusées dans le sol et son service tout à fait typique. Leur cuisine se veut aussi spectacle, préparée par des équipes toujours souriantes et dynamiques. On ne va pas chez eux que pour manger.
Nous avons beaucoup apprécié leurs takoyakis et okonomiyakis, alors nous avons fait le pari fou de demander à Christopher, le gérant d'Atsu Atsu, s'ils pouvaient se déplacer hors de Paris pour des événements privés. La réponse, positive, a été immédiate et enjouée ! Le bonheur !


Il a donc fallu organiser leur installation, décider du menu, s'accorder sur la décoration. Christopher est plein de bons conseils, habitué qu'il est des événements. Il n'a pas hésité à me donner son avis, même sur de minuscules détails. Et cela nous a beaucoup aidés. Grâce à lui nous avons pu nous poser des questions stupides mais hyper importantes très tôt dans nos préparatifs : Dans quoi servir la nourriture ? Comment gérer les couverts pour que les invités n'aient pas à les porter en attendant d'être servis ? Comment optimiser les files d'attentes ? Des questions stupides donc, mais impératives.

Dans nos invités, une partie connait bien voire très bien le Japon. Mais la majorité ne connait pas ce pays et tout le travail restait à faire pour les séduire. Pour éviter de perdre les gens dans leur choix, nous avons limité la carte à :
  • takoyakis, 2 par barquette
  • okonomiyaki au boeuf à la façon d'Osaka
Nous avions aussi demandé des okonomiyaki végétariens mais il y a eu un cafouillage soit dans notre demande soit pendant la préparation, et il n'y en a pas eu. Comme nous n'avons absolument rien géré le jour-même, je suis incapable de dire pourquoi les végétariens ont été oubliés, mais cela n'a visiblement traumatisé personne, alors je n'ai pas cherché à en savoir plus.


Les invités désintéressés du Japon se sont amusés comme des fous à découvrir ces plats qu'ils ne connaissaient pas. Les connaisseurs semblaient excités par la possibilité de se croire un peu au Japon et se sont resservis un sacré nombre de fois. 
Pendant les préparatifs, nos parents ont été parfois anxieux à l'idée que "tonton Marcelin" ou "mamie Pernille" prenne peur face à tel menu, et c'est légitime. Mais je crois qu'ils ont tous été surpris par l'engouement même des plus âgés à goûter les takoyakis. Nous avions tout de même prévu un mini-buffet de saumon au cas où des réfractaires invétérés se trouvaient cachés dans la foule... Il aura finalement servi aux plus affamés.

La petite anecdote rigolote : un des serveurs d'Atsu Atsu était en 1ere année de japonais avec moi à l'INALCO. Avec mon amie Charlotte (mon inséparable depuis cette fameuse 1ere année), nous avons été très amusée de le retrouver et de papoter un peu avec lui !

Atsu Atsu 
88, rue Richelieu 75002 Paris
Du lundi au jeudi de 12h à 14h30 et de 19h à 22h
Les vendredi et samedi de 12h à 14h30 et de 19h à 22h30
Réservations possibles


Le camion à burger 

Un bon burger, ça met (presque) tout le monde d'accord ! Ou alors c'est notre côté un peu régressif, allez savoir. Le fait est que nous n'imaginions pas notre mariage sans un camion à burger. Et trouver le bon n'a pas été une mince affaire.
C'est le Camion à croquer qui a su nourrir ces nombreuses bouches criant famine. Basé à Rennes, nous les avons découverts sur internet et leur carte nous a alléchés. Elle était tellement persuasive que nous avons signé avec eux, sans même goûter les burgers. Ce n'est que 15 jours avant le mariage que nous les avons enfin rencontrés pour savoir si oui ou non, nous avions eu le nez fin au moment de signer le contrat. Mon père n'y croyait pas trop et nous demandait de réfléchir à un plan B, et je lui répondais, sûre de moi, que j'avais déjà plusieurs plans de secours alors qu'en fait je n'en avais aucun ! Et le flair a eu raison, les burgers étaient délicieux !


Nous avons choisi 2 burgers :
  • le classic (viande de boeuf, bacon, cheddar, oignons rouges et sauce spéciale) 
  • l'italien (viande de boeuf, mozzarella, tomates séchées, roquette et pesto). 
L'un comme l'autre transformable en végétarien avec une belle galette de pois chiche à la place de la viande.
Si le camion à croquer nous a tapé dans l’œil c'est pour ces petites choses :
  • un max d'ingrédients issus de l'agriculture locale
  • une chaîne du froid limitée
  • des pains préparés par un boulanger de la ville
  • des sauces majoritairement maison
A cela, nous avons pu ajouter une gentillesse, un service - et un packaging - très soignés.

Le camion à croquer
Se déplace à Rennes et ses alentours
Site internet
Page Facebook


Le chariot à glaces

Dans la continuité du repas, un chariot à glace proposait des sorbets biologiques produits au Mans avec de très bons fruits. C'est la Ferme de la Métairie, productrice de ces sorbets qui nous a loué le chariot, et servis pendant la soirée.
Nous avons pu choisir un large panel de parfums, et chacun d'eux donnait l'impression de manger directement le fruit. Même les cornets sont faits maison !
Comme il a fait un temps magnifique toute la journée, les glaces ont été un véritable succès.

La ferme de la Métairie 
Sorbets et confitures
Site internet
Page Facebook
Même si le site de fabrication est au Mans, il est possible de goûter leurs sorbets dans différents lieux touristiques de Paris.


Questions pratiques liées à la privatisation de plusieurs prestataires

Sans entrer dans les détails, passer par plusieurs prestataires nous a fait économiser pas mal de sous comparé à un traiteur traditionnel.
L'exercice a été de devoir estimer le nombre de portions pour chacun d'eux, étant donné que nous ne pouvions qu'essayer de deviner ce qu'auraient envie de manger les gens ce soir-là. Pour 200 adultes, nous avons demandé 160 burgers (30 étaient possibles en supplément, sans surfacturation), 400 boulettes de takoyaki, et 150 okonomiyaki (idem, un supplément était offert jusqu'à utilisation totale de la pâte). Enfin, nous étions partis sur 200 glaces (même principe de supplément).
Je ne sais pas exactement les chiffres finaux mais nous n'avons manqué de rien. Le gros avantage a été l'absence de restes, et donc aucune gestion alimentaire à prévoir le lendemain.

Choisir ce type de repas nous a également permis de penser à tous les régimes, que nous connaissions ou non. Les invités ont pu demander librement des plats qui leur correspondaient au mieux.

Toutes les photos sont de David Latour, et les gifs ont été faits grâce à la vidéo de Léa Latour.

Vous aimerez peut-être

4 commentaires:

  1. Zut, blogger n'a pas pris mon commentaire, je fais un bis ! Vous avez fait un mariage qui a l'air de vous ressembler et c'est l'essentiel. Bravo, on a juste envie de prendre une assiette et de faire la queue avec tout le monde pour récupérer nos takoyakis et une boule de glace ! En faisant appel aux petits bonheurs de l'enfance, vous pouviez être sûrs d'avoir une fête réussie. EN tout cas, je retiens l'idée de atsu atsu pour une future grande occasion, je pensais qu'ils ne se déplaçaient que pour les salons et pas forcément pour un nombre plus restreint de personnes hors Paris.

    RépondreSupprimer
  2. Ohlala le repas de mariage de rêve... Quelle bonne idée d'opter pour les food trucks, surtout avec la petite touche japonaise! J'aurais volontiers tout dévoré ;)

    RépondreSupprimer
  3. Et pour les un an de mariage vous refaite la même ?
    Juste au cas où histoire de m'incruster :D
    Je ne pensais pas que ça ferait économiser par rapport à un traiteur, c'est une bonne surprise qui donne envie d'être tester pour toute autre grosse soirée :)

    RépondreSupprimer
  4. C'est absolument génial, j'adore, c'est une excellente idée qui casse les codes du mariage "traditionnel" et c'est tant mieux :)

    RépondreSupprimer

Copyright Eugénie Rossi. Fourni par Blogger.
Les photos portant l'estampille du blog ainsi que les textes ne sont pas libres de droit. Merci de me consulter pour toute utilisation.